somnolence
somnolence
somnolence home unite sommeil documentation contact impressum
conducteurs exposes
symptomes somnolence
facteurs risques
risques somnolence
tue autant que l'alcool
   
 

Les médicaments

En accidentologie, on s’intéresse de plus en plus à la consommation de drogues (7 à 18 % des conducteurs accidentés positifs pour le dépistage du cannabis, jusqu’à 30 % sur le périphérique parisien, les nuits de week-end), mais on néglige l’influence des médicaments.

Une prise de médicament peut entraîner une baisse significative de vigilance.
Dans 10 % des accidents, la somnolence induite par la prise d’un médicament a pu être responsable de l’accident.

Des études ont par exemple montré que l’on retrouve au moment de l’accident, chez les conducteurs responsables, deux fois plus souvent des benzodiazépines dans le sang que chez les conducteurs non responsables (20.8% contre 9.9%).
La liste des médicaments pouvant altérer la vigilance au volant comprend 1 500 à 1700 spécialités pharmaceutiques différentes.

Les conseils relatifs à la conduite automobile sont signalés dans la notice du médicament, mais perdus dans une liste souvent impressionnante d’effets secondaires. En France, un décret de 1999 rend, pour la première fois, obligatoire l'apposition d'un pictogramme sur le conditionnement extérieur d'un médicament ou d'un produit dès lors que sa consommation est susceptible d'altérer la capacité à conduire un véhicule ou à utiliser des machines.